Des mille et une façons de quitter la Moldavie de Vladimir Lortchenkov

VN:F [1.9.14_1148]
Rating: 4.0/5 (1 vote cast)

comité de lecture, médiathèque du Canal, sqyDans la salle communale du petit village de Larga, en Moldavie, quand on demande aux 523 habitants :

- Qui souhaite partir travailler en Italie ?

1045 mains se lèvent. Par précaution, tous ont préféré lever les deux mains sauf un habitant, il a perdu un bras à la guerre …

Le problème est que l’Italie, pays de tous leurs rêves, n’accorde les visas qu’au compte-gouttes.

 Les diplomates et les sportifs peuvent passer d’un pays à l’autre sans trop de formalités. C’est décidé : les villageois seront sportifs. Justement le championnat d’Europe de curling, sport de glace peu connu, va avoir lieu en Italie. Ils ont quelques mois pour devenir la meilleure équipe de curling de Moldavie. Il n’y a pas de patinoire à Larga, ce petit détail ne va quand même pas les arrêter ! Et comme ils sont aussi très portés sur le petit vin aigre fait « maison », l’affaire n’est pas gagnée … 

C’est donc en Moldavie, petit pays sinistré, que Vladimir Lortchenkov a situé son histoire. Ce pays, il le connaît bien puisqu’il est lui même moldave. Et lui aussi a quitté son pays, il vit aujourd’hui au Québec.

Quelques mots sur la Moldavie s’imposent.

La République de Moldavie est un petit pays de 3 millions et demi d’habitants, coincé entre la Roumanie et l’Ukraine. L’ex Union Soviétique y assurait un service public : gaz, électricité, services de santé, fournitures de machines industrielles ou agricoles et elle y distribuait diverses subventions. comité de lecture, médiathèque du Canal, sqy

Quand l’URSS a implosé en 1991, l’économie moldave s’est effondrée, faute d’entretien, les équipements sont tombés en ruines, la corruption est devenue un sport national. Une grande partie de la population a été précipitée dans une misère noire.

 C’est le pays le plus pauvre d’Europe et au hit-parade mondial des pays les plus riches, le pays est au même niveau que le Rwanda. Le salaire moyen en Moldavie est de 150€/mois… Pour beaucoup, émigrer illégalement pour travailler à l’étranger est devenue une question de survie.

Selon des chiffres officieux, environ 1/3 de la population active aurait émigré en Italie, Portugal, Espagne, France, Grèce ou Russie. Bien que située au cœur de l’Europe, la Moldavie ne fait pas partie de l’Union européenne. Les moldaves doivent donc verser à des passeurs sans scrupules des milliers d’euros pour franchir la frontière discrètement … ou faire preuve de débrouillardise.

Vladimir Lortchenkov nous conte la quête désespérée d’une terre promise : l’Italie. Pour cela, tous les moyens sont mis en œuvre, avec une préférence pour les plus farfelus et les plus invraisemblables. Les personnages sont naïfs, crédules, un peu fous et attendrissants, mais surtout férocement optimistes.

Ils sont dotés d’une imagination sans bornes pour atteindre le pays qu’ils considèrent comme le paradis sur terre. On aimerait tellement qu’ils réussissent, mais leurs déboires sont nombreux. Si le système D est roi, le résultat est souvent désastreux. Pourtant, malgré les échecs qui se succèdent, ils ne renoncent pas.

 On dit que l’humour est la politesse du désespoir, ce roman en est la preuve. Vladimir Lortchenkov préfère rire que pleurer. On rit, on sourit souvent en lisant ce livre mais l’humour est noir, très noir. La mélancolie et la tragédie ne sont jamais loin.

C’est un roman un peu décousu et inégal mais inventif et plein d’énergie où la sinistre réalité moldave côtoie la folie des habitants et leur volonté de s’en sortir à tout prix. Tout est excessif dans cette histoire et l’auteur n’hésite pas à inventer les situations les plus abracadabrantes. Mais ce qui frappe, c’est la tendresse que Vladimir Lortchenkov porte à ses personnages, jusqu’aux moins importants.

Quand le livre est terminé, on n’a aucune envie de partir en vacances en Moldavie, par contre, on est prêt à aimer les moldaves.

Un roman sympathique et déjanté à découvrir, d’autant que les écrivains moldaves sont rares …

Maryse, lectrice du comité de lecture de la médiathèque du Canal

 

 

 

Des mille et une façons de quitter la Moldavie de Vladimir Lortchenkov, 4.0 out of 5 based on 1 rating
qrCode
Comité de lecture

Comité de lecture

Des lecteurs de la médiathèque du Canal qui découvrent les nouveautés sélectionnées par les bibliothécaires...