relations humaines

  • Toutes noires ou toutes blanches. Voilà ce qu’on pourrait dire des critiques qu’a eu ce très court texte. On aime ou on n’aime pas, on trouve ça démago, condescendant ou génial.         

    Les mots qu’on ne me dit pas de Véronique Poulain

    Toutes noires ou toutes blanches. Voilà ce qu’on pourrait dire des critiques qu’a eu ce très court texte. On aime ou on n’aime pas, on trouve ça démago, condescendant ou génial.         

    Lire la suite...

  • Hop, hop, hop, un petit billet express pour vous parler d’un polar made in Danemark sorti chez les éditions Mirobole. Un vivier d’auteurs de l’Est et du Nord de l’Europe et ce, pour notre plus grand bonheur de lecteur à la recherche d’un peu d’originalité.

    Mauvaises eaux d’Inger Wolf

    Hop, hop, hop, un petit billet express pour vous parler d’un polar made in Danemark sorti chez les éditions Mirobole. Un vivier d’auteurs de l’Est et du Nord de l’Europe et ce, pour notre plus grand bonheur de lecteur à la recherche d’un peu d’originalité.

    Lire la suite...

  • Version estivale ! Les bibliothécaires du Canal se sont à nouveau retrouvées pour parler romans en toute liberté, et c’est avec plaisir que nous vous convions à la découverte de ces potins d’été, et des livres que nous avons aimés.

    Potins de Bib. Saison 2

    Version estivale ! Les bibliothécaires du Canal se sont à nouveau retrouvées pour parler romans en toute liberté, et c’est avec plaisir que nous vous convions à la découverte de ces potins d’été, et des livres que nous avons aimés.

    Lire la suite...

  • Une fois fermé, ce livre aura du mal à vous faire réfléchir à autre chose. Autre chose que la beauté d’un style, autre chose qu’à une intrigue fermement menée pour être au final un petit bijou, autre chose qu’à l’Histoire imposée aux hommes et aux femmes au début du siècle dernier.

    1 rue des petits pas de Nathalie Hug

    Une fois fermé, ce livre aura du mal à vous faire réfléchir à autre chose. Autre chose que la beauté d’un style, autre chose qu’à une intrigue fermement menée pour être au final un petit bijou, autre chose qu’à l’Histoire imposée aux hommes et aux femmes au début du siècle dernier.

    Lire la suite...

  • Depuis Le dernier lapon d’Olivier Truc, je me réjouis de lire des polars qui nous prennent la main et nous embarquent loin de France et de mon quotidien.

    L’île des chasseurs d’oiseaux de Peter May

    Depuis Le dernier lapon d’Olivier Truc, je me réjouis de lire des polars qui nous prennent la main et nous embarquent loin de France et de mon quotidien.

    Lire la suite...

  • Il aura fallu quelques jours de vacances loin de tout et quelques heures de vélo pour digérer ce texte. Un roman qui vous prend aux tripes malgré les critiques, les avis et les multiples opinions des centaines voire des milliers de lecteurs qui vous font dire que Oui, et bien on lit on verra après mon propre avis. Toujours pareil, quand les billets se multiplient et le succès enfle, moi, ça m’effraie.

    En finir avec Eddy Bellegueule d’Edouard Louis

    Il aura fallu quelques jours de vacances loin de tout et quelques heures de vélo pour digérer ce texte. Un roman qui vous prend aux tripes malgré les critiques, les avis et les multiples opinions des centaines voire des milliers de lecteurs qui vous font dire que Oui, et bien on lit on verra après mon propre avis. Toujours pareil, quand les billets se multiplient et le succès enfle, moi, ça m’effraie.

    Lire la suite...

  • Aurore et Marine sont deux amies. Des amies de toujours. Celles qui se retrouvaient en bas de chez elles pour faire les 400 coups et partager le suc de l’adolescence pareil à aucun autre nectar.

    Voir du pays de Delphine Coulin

    Aurore et Marine sont deux amies. Des amies de toujours. Celles qui se retrouvaient en bas de chez elles pour faire les 400 coups et partager le suc de l’adolescence pareil à aucun autre nectar.

    Lire la suite...

  • Entendez-vous le doux murmure de l’appel commercial ? Si VOUS, vous ne l’avez pas entendu ou que vous ne vous vous êtes fait avoir comme un bleu et bien Douglas Kennedy, lui, l’a bien compris. D’habitude, je suis bon public.

    Murmurer à l’oreille des femmes de Douglas Kennedy

    Entendez-vous le doux murmure de l’appel commercial ? Si VOUS, vous ne l’avez pas entendu ou que vous ne vous vous êtes fait avoir comme un bleu et bien Douglas Kennedy, lui, l’a bien compris. D’habitude, je suis bon public.

    Lire la suite...

  • Aurélien est écrivain depuis quelques années et doit retourner sur les lieux de son enfance avant la vente de la maison familiale. Pas évident quand on est en pleine promo pour son dernier livre et qu’on n’a pas franchement envie de remettre les pieds dans une maison désertée et dans son passé. Pourtant, Aurélien se retourne sur ces années passées et se retrouve face à lui. Les autres -son frère, ses parents- sont autant d’élément avec lesquels il a du mal à composer.

    Je ne retrouve personne d’Arnaud Cathrine

    Aurélien est écrivain depuis quelques années et doit retourner sur les lieux de son enfance avant la vente de la maison familiale. Pas évident quand on est en pleine promo pour son dernier livre et qu’on n’a pas franchement envie de remettre les pieds dans une maison désertée et dans son passé. Pourtant, Aurélien se retourne sur ces années passées et se retrouve face à lui. Les autres -son frère, ses parents- sont autant d’élément avec lesquels il a du mal à composer.

    Lire la suite...

  • Nouons-nous ou nous on nous ou plus simplement une assonance, une allitération qui lie, assemble, des morceaux de vies, des morceaux de gens. Des on et des nous. Ici pas une histoire mais des histoires. Des bribes. Une polyphonie de voix. Une tour de Babel des sentiments, des sensations, des expériences. De la vie partout, bavarde, grouillante, discrète, heureuse ou pas. Mais de la vie et rien d’autre. Nouons-nous est un livre qui fait du bien.     Sa respiration, même en pleine journée, même en pleine action, est celle d’un dormeur. Régulière et calme. J’aime cette paix.    ...

    Nouons-nous d’Emmanuelle Pagano

    Nouons-nous ou nous on nous ou plus simplement une assonance, une allitération qui lie, assemble, des morceaux de vies, des morceaux de gens. Des on et des nous. Ici pas une histoire mais des histoires. Des bribes. Une polyphonie de voix. Une tour de Babel des sentiments, des sensations, des expériences. De la vie partout, bavarde, grouillante, discrète, heureuse ou pas. Mais de la vie et rien d’autre. Nouons-nous est un livre qui fait du bien.     Sa respiration, même en pleine journée, même en pleine action, est celle d’un dormeur. Régulière et calme. J’aime cette paix.    ...

    Lire la suite...

Page 1 sur 41234