Ghost City de Michel Honaker

Rageot (In love), 2015

Dans le désert de l’Ouest américain, à l’époque du Far-West, trois cow-boys se sont emparés d’une diligence remplie de lingots d’or … mais sont poursuivis par « les régulateurs » – eux-aussi « mauvais garçons » qui veulent récupérer le butin quitte à faire la peau aux trois compères. Mais, alors que les régulateurs sont sur le point de les rattraper une tempête de sable surgie de nulle part, enveloppe Farley – le plus jeune des trois – et le projette avec violence dans une ville bien étrange, Ghost City. Ici se retrouvent tous ceux qui auraient dû être « mieux » condamnés pour leurs méfaits aux dires DU juge qui rectifie cette « injustice » en les condamnant à vivre dans cette ville fantôme, coupée du monde.

Alors Farley attend le rendu de sa condamnation. Mais il croise le regard de la belle Miranda et tombe sous son charme. Miranda crée des sculptures en sable et  n’est autre que la fille du juge et qui détient quelques pouvoirs transmis par la chamane indienne qui les avait recueillis plusieurs années avant. Opportunité ? Amour sincère ? C’est ce que le lecteur découvrira au fil du récit.

Bien sûr il y a des raisons à ce que le juge soit ici pour mener à bien la mission qu’il s’est donnée, conseillé par son démon apprivoisé – Ariel – à qui il rendra sa liberté le moment venu !!! Nous touchons au but quand finalement les 2 autres cow-boys et les régulateurs se retrouvent aussi à Ghost City …

Tout au long du récit les questionnements de Miranda nous accompagne. Elle sent que Farley est sincère mais des attitudes, des détails la font – nous font – douter. Puis lorsque cow-boys, régulateurs débarquent aussi dans cette ville, on attend de nouveaux rebondissements. On est à un tournant de l’histoire et on en redemande…

Le concept de cette collection est la réécriture de grandes histoires d’amour classiques: ici La tempête de Shakespeare. Non pas sur une île, mais dans le désert avec le même génie Ariel… Il y a quelques années, le même éditeur avait lancé une collection « Remake ». Seule différence, dans le même tome suivait le texte classique original: La main du destin d’Honaker (suivi de la dame de pique) ou Tu te maries et moi j’aime de Sarah K. (suivi de Mémoires de deux jeunes mariées). (Armelle Hervé)

 Si je n’ai pas tellement accroché avec l’univers Far West de l’histoire, j’ai trouvé que cette reprise de La Tempête de Shakespeare tenait bien la route dans ce décor désertique des plaines américaines. Et puis, c’est une des rares pièces du dramaturge à finir bien. Un bon détour pour faire découvrir les grands classiques de la littérature et passer un bon moment. (Amandine)

 

Mots-clés : ,

AH