J’me sens pas belle de Gilles Abier

Actes sud junior, 2011

A force de ne pas s’accepter telle qu’elle est, et de croire qu’il est impossible qu’Ajmal l’aime d’un amour sincère, Sabine perdra tout.

Sabine, jeune fille de 19 ans, est mal dans sa peau, son physique la déprime. Son amie Emma est tout le contraire, une mignonne, qui collectionne les aventures. Sabine croise le chemin d’Ajmal, bel Afghan sans papiers. Immédiatement, c’est l’amour fou. Tandis que les parents de Sabine sont ,au début, opposés à cette relation,Sabine et Ajmal décident de vivre ensemble. Mais Sabine reste au fond d’elle même tourmentée : pourquoi ce bel Afghan est-il amoureux d’elle ?  Elle, la vilaine, la moche.  Alors qu’il veut lui prouver une nouvelle fois son amour pour elle, Ajmal est arrêté et doit quitter la France.

L’intrigue de ce roman est finement menée. Les thèmes évoqués nous interpellent : mal être de l’adolescente qui doute d’elle-même et d’autrui au point de tout gâcher, problématique des sans papiers.

 

Le titre de ce roman est assez accrocheur. Écrit en gros caractère et sur toute la page, il rappelle notre petit pincement au cœur quand on se rencontre parfois dans le miroir. Ici, c’est Sabine qui souffre, qui déprime, qui doute. Elle en est sûre cette histoire d’amour est trop belle (plus belle qu’elle en tout cas!) pour être vraie.

Le point fort de ce récit: un dénouement inattendu qui fait vaciller le lecteur et qui intervient aux toutes dernières pages. D’ailleurs, on ne se souvient que de ça et de ce mal être dérangeant de jeune adolescente.

Une lecture en demi teinte.

Emilie

 

 

Mots-clés : , ,

monique