Le Coeur n’est pas un genou que l’on peut plier de Sabine Panet et Pauline Penot

T. Magnier, 2012

Ernestine et Awa sont deux soeurs d’origine sénégalaise vivant en famille dans la banlieue parisienne. Impliquées dans leurs études, leur avenir est  tracé par la réussite scolaire. Ernestine,  au collège, se passionne pour le théâtre, répète assidument le rôle d’Agnès de L’école des femmes et rêve déjà de sa prochaine interprétation sur les planches d’un grand théâtre parisien. Awa, l’aînée, excellente élève, est promise à de brillantes études après son bac. Mais cet été-là, un évènement inconcevable pourrait  bouleverser leur destin …

… le père veut marier Awa, au Sénégal, afin d’honorer une promesse de mariage à un lointain cousin  de son village.

Les femmes s’unissent pour affronter la décision paternelle. Alors qu’ Awa,  désorientée, serait prête à se soumettre, Ernestine se rebelle et prend le destin de sa sœur en main. Mais comment convaincre le père de renoncer à son engagement ? Lui qui ne peut trahir sa parole au risque du déshonneur.

Ce court roman nous parle de l’immigration, de  l’émancipation des jeunes filles et la place des femmes dans le cadre rigide de cultures ancestrales. Même le jeune Malick, l’époux promis prend  parti contre ce mariage forcé. Le drame n’est pas loin, mais un souffle joyeux et dynamique émane  de cette famille unie pour lancer un défi aux traditions. La parole est donnée à tous, les dialogues sont émaillés de proverbes africains délicieux et édifiants, les échanges sur les réseaux sociaux sont bien ancrés dans  l’univers des ados. (M’Dd)

Un roman court sur le mariage forcé des jeunes au nom d’une tradition patriarcale ancestrale. Awa et son cousin Malick en font les frais…
Awa est née en France avec les valeurs de la république, elle s’insurge contre cette tradition. Malick, qui a une vingtaine d’années a grandi au Sénégal et s’oppose lui aussi à ce mariage forcé, bien loin des libertés auxquelles chacun aspire.
Un vrai bon débat de société sur la place de la femme dans le monde, car si Malick est aussi « victime » de ce chantage, c’est bien Awa (coincée entre deux cultures…), mais aussi le combat des femmes qui l’entourent qui sont au centre de ce roman. 
J’ai vraiment beaucoup aimé ! (Amandine)

 

Mots-clés : ,

denise