Le silence de Mélodie de Sharon M.Draper

Michel Lafon, 2015 et poche, 2017

Aux Etats-Unis, de nos jours, Mélodie nous raconte sa vie, son expérience, ses souffrances, surtout celle de ne pouvoir prouver son intelligence, elle qui est lourdement handicapée et dans l’incapacité de s’exprimer. Les médecins pensent qu’elle ne comprend rien. Elle fréquente une section « d’intégration » à l’école dans laquelle sont regroupés les élèves en situation de handicap. Elle participe à certains cours avec les classes « classiques », elle se retrouve ainsi confrontée à la réalité de l’attitude pas toujours bienveillante de ses camarades et des adultes.

Nous suivons dès le début du récit le point de vue de Mélodie. On ressent son impuissance et sa colère devant le blocage qui conduit à l’incompréhension de l’entourage médical et enseignant. Tout le monde n’est pas beau, gentil, bienveillant et accueillant pour les personnes différentes. Ce roman comme Wonder de R.J. Palacio ne donne pas dans l’angélisme. Les personnages et les situations n’en sont que plus réalistes. Pour les collégiens dès la 6ème. (Céline)

Une plongée abrupte dans le monde du handicap où Mélodie décrit son incapacité à communiquer par des mots ses émotions. Le lecteur est enfermé avec elle, il partage sa frustration, sa colère mais aussi ses moments de joie, d’espoir. Le plus difficile pour Mélodie est bien sûr le regard que l’on pose sur elle et sur les limites que certaines personnes lui imposent. Son combat véritable est celui de faire évoluer les mentalités. Ce livre est un plaidoyer pour  lutter contre le mépris, la dévalorisation, l’indifférence que subissent les personnes « en situation d’handicap ». (S.A)

Mots-clés :

céline

enseignante documentaliste en lycée professionnel