Like me : chaque clic compte de Thomas Feibel

Bayard Jeunesse, 2015

Caro est une jeune collégienne simple et sans histoire quand elle rencontre Jana, nouvellement arrivée dans sa classe. 
Les parents de Jana sont très riches et cèdent à tous ses caprices. De toute façon, ils ne sont jamais là…
Caro lui envie son assurance et cherche à se nouer d’amitié avec elle. Pour se faire, elle se crée un compte sur le réseau social ON et est enchantée quand Jana l’accepte dans ses contacts.
Jana a un but, remporter le concours proposé par le réseau social et devenir l’animatrice principale de l’émission ON SHOW. Pour gagner, rien de plus simple, gagner le plus de « like » grâce à des photos et vidéos chocs postées sur sa page internet. Et pour cela, Jana est vraiment prête à tout, entraînant avec elle Caro et un autre camarade de classe, Eddie, au mépris de tout.

Même s’il est un peu tiré par les cheveux parfois, c’est un roman qui fait bien passer son message. On ressent chez ces adolescents l’addiction, de plus en plus pressante, au réseau social… Un besoin de reconnaissance qui n’a pas de limites pour certains…
J’ai bien aimé la manière dont l’héroïne, Caro, s’adresse au lecteur, comme s’il était son confident. (Amandine)

Si le but était de montrer qu’une addiction aux réseaux sociaux pouvait transformer la personnalité d’adolescents de 14 ans; les entraîner dans une vie superficielle dans laquelle ils ne mesurent pas les conséquences de leurs actes dans la vie réelle … de ce point de vue, le but est atteint. La fascination de Caro pour Jana et sa détermination pour « gagner » à tout prix cette amitié qu’elle voudrait bien réelle pourrait aussi se concevoir sans le recours aux réseaux sociaux, cela existe dans d’autres romans. Ce qui m’a gênée c’est qu’il n’y a aucune issue possible: la « repentance » de Jana, enfin débusquée, n’est qu’un nouveau stratagème pour mieux piéger « son amie ». Jana serait perdue à jamais et Caro – conciliante – n’est pas encouragée dans sa démarche. Clichés ou message apocalyptique de la part de l’auteur – par ailleurs spécialiste des usages d’internet par les ados ??? Je me suis un peu ennuyée. Malgré tout pour les 13-14 ans pour les méfaits des addictions … (Armelle Hervé)

 

 

Mots-clés :

Amandine

Bibliothécaire jeunesse à la médiathèque Jean Rousselot