Mère forte à agitée de Jenny Jägerfeld

Thierry Magnier (Roman), 2015

Depuis le divorce de ses parents, Maya vit à Stockholm avec son père. C’est une adolescente brillante, rebelle avec peu d’amis. Alors qu’elle doit aller chez sa mère , Jana, passer le week-end, elle trouve l’appartement vide. Maya essaye de trouver des explications à l’absence, aux absences de sa mère.  Par de nombreux flash-back, Maya analyse les moments passés avec sa mère. Jana a très bien réussi sa vie professionnelle mais émotionnellement elle est très peu expressive. Pourquoi est-il si difficile de communiquer avec Jana? Pourquoi est-elle si distante?

Depuis le divorce de ses parents, Maya vit à Stockholm avec son père. C’est une adolescente brillante, rebelle avec peu d’amis. Alors qu’elle doit aller chez sa mère , Jana, passer le week-end, elle trouve l’appartement vide. Maya essaye de trouver des explications à l’absence, aux absences de sa mère. L’histoire prend sens petit à petit et le dénouement est bouleversant. C’est un roman dérangeant qui nous interroge sur les relations mère-fille et sur la force de l’amour. Un roman pour adolescents, très psychologique, qui aborde un thème délicat avec beaucoup de finesse et de pudeur. (Séverine) 

C’est un roman déconcertant. Le début du récit s’annonce comme un roman policier: Maya va donc essayer de retrouver sa mère mystérieusement disparue. Fuite amoureuse? Kidnapping? Meurtre? Maya est très particulière: elle n’hésite pas à lire les mails très « personnels » de son père et répond même à sa nouvelle conquête !!! Même si elle est très liée à lui, elle ne l’informe pas de cette disparition – par peur de devoir rentrer plus tôt que prévu - et elle n’a jamais vraiment su pourquoi ils s’étaient séparés puisque son père est toujours aussi bienveillant à l’égard de son ex…

L’autre volet de ce récit est le retour aux préoccupations bien réelles d’une adolescente de 17 ans qui fait la fête et découvre l’amour avec le jeune homme qui habite la maison voisine de celle de sa mère: relations étranges également !

Pour autant, Maya continue de « fouiner » et trouve enfin un nom, des dates de rendez-vous … Ce n’est que vers la fin du roman que le lecteur découvre la vérité, en même temps que Maya. Un peu déçue ou plutôt sceptique par cette fin déconnectée des indices semés de-ci de-là, mais qui correspond bien aussi au décalage vécu par la mère. Pour lycéens et adultes éventuellement. (Armelle Hervé)

 

 

 

severine