Un sale livre de Frank Andriat

Mijade (romans), 2016

Une professeure de français propose à ses élèves de lire « Rien, Nadir », un roman qui relate l’itinéraire de Nadir, un jeune réfugié syrien. Le sujet est dur, le ton du récit est réaliste. Le roman provoque le débat. Chaque lecteur reçoit le livre différemment. Justine le trouve trop bien, mais il choque son père. Tristan, grand lecteur, émet des réserves à son propos, mais la belle Amalia l’adore. Pour Philippe, ce roman est un sale livre. Les réfugiés syriens ne sont pas les bienvenus pour tout le monde.
« Rien, Nadir » est un livre dont aucun lecteur ne sort indemne. Jusqu’à ce que son auteure vienne au collège pour témoigner de son terrible parcours. Jusqu’à ce que la fiction rejoigne la réalité.

Le début du livre déroute un peu car il y a plusieurs personnages qui décrivent le roman. Puis arrive celui de la professeure de français, le roman prend alors une forme plus claire. Il est très intéressant car il y a plusieurs avis qui divergent sur la qualité du roman. L’histoire de Nadir est très touchante et fait écho à une réalité intolérable. Bon roman pour adolescents à partir de 15 ans. (Valérie B.)

Un roman qui, à coup sûr, fait se poser des questions et ouvre les débats. Comme entre les élèves de cette classe de français… Entre ceux qui n’ont pas l’habitude de lire, la documentaliste du collège, la prof de français et même certains parents… Les témoignages se confrontent et s’entrechoquent.
Et le texte de ce « sale livre » qui s’immisce dans ces témoignages. Un « sale livre » qui ne nous laisse pas indifférent , nous lecteurs, non plus.
On adore tous tomber sur CES sales livres qui nous secouent et remettent les choses à leur place.
Un petit livre, vite lu et percutant. 
A lire et faire lire ! (Amandine)

Mots-clés : ,

AH