Une histoire de sable de Benjamin Desmares

Le Rouergue (DoAdo), 2016

Jeanne arrive avec ses parents dans un petit bled de bord de mer pour y passer les vacances. Le genre de station balnéaire désertée et laissée à l’abandon hors de la haute saison. Personne dans les rues, les magasins et maisons sont fermés, hors un petit troquet où se rassemblent quelques habitués. Jeanne est une ado solitaire et désabusée. Tout est moche, tout le monde est « con », personne ne comprend…

Elle erre dans les rues désertes fuyant le plus souvent la maison, où ses parents ont, de toute façon, autre chose à faire. Les rues sont balayées par le vent et le sable qui s’infiltre partout. C’est au cours d’une de ses promenades qu’elle fait la connaissance de Bruno et Alain qui passent le temps à « compter les grains des sable ».
Mais jour après jour des éléments troublants vont lui faire se poser des questions. A commencer par ses deux amis tout droit sortis des années 80.
Quel lourd secret cachent les habitants de cette ville ?
Ah, si le sable pouvait parler…

Un petit roman étrange… Tout d’abord à cause de Jeanne, l’héroïne, à fleur de peau et antipathique au plus haut point. Et puis ce décor froid et sinistre…
Et pourtant, on ne peut pas lâcher ce livre jusqu’au bout, pour savoir ! Pour comprendre !
Un roman drôlement bien ficelé, mêlant romance et fantastique. (Amandine)

Une lecture addictive et pourtant … il ne se passe rien de spectaculaire dans ce court roman. Une adolescente mal lunée (?), qui en veut à la terre entière (soit à ses parents) se retrouve dans une petite station balnéaire désertée, pour une semaine de vacances d’hiver … avec ses géniteurs! Heureusement il y a ces deux frères « un peu décalés » avec qui elle va se lier d’amitié – voire plus avec Alain, l’aîné. Ensemble, ils passent des journées à compter les grains de sable qui envahissent tout. Si, si … Ambiance, ambiance. Cette non action et ces petits détails qui ne semblent mener nulle part captent l’attention du lecteur jusqu’au bout. En refermant ce livre, je me suis dit que je n’avais rien compris tout en passant un très bon moment de lecture. Etrange, étrange ! (Armelle Hervé)

Mots-clés :

Amandine

Bibliothécaire jeunesse à la médiathèque Jean Rousselot