Clameurs du jour, de Jean Chatard

VN:F [1.9.14_1148]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

À cheval sur deux siècles, à cheval sur les océans et la terre normande, à cheval sur la critique et la création, à cheval sur poésie et nouvelles, à cheval sur une multitude de revues, le poète Jean Chatard n’en finit jamais de nous surprendre.
Et pourtant à chaque publication on reconnaît sa voix, inimitable, son style qui chevauche toute la poésie contemporaine ‒ et même, d’une certaine façon, par sa scansion, de la poésie de l’alexandrin classique à la musique impaire de Verlaine comme aux rêveries contrôlées de Robert Desnos.
Oui, Jean Chatard fut non seulement un marin bourlingueur, mais il est un bourlingueur de la poésie. Bien plus qu’un routard. Bien plus qu’un éclectique critique. Bien plus qu’un poète syncrétique. Cet homme-là, ce poète, sort du centre de la Terre comme une lave féconde et qui se répandrait généreusement sur toute la planète Poésie.
Mais le bruit et la fureur superficielle de notre temps l’agacent et, peut-être même, le désolent :

On me taxe d’exil on me donne
au soleil on me rive aux
amours du haut pénitencier.

C’est pourquoi il recherche ‒ et revient avec ferveur « aux premières lueurs » quand « on se perd en chemin » dans l’espérance alors que, aujourd’hui, le poète déchiré crie :

Écoutez rire vos terreurs

Né en 1934, Jean Chatard est toujours ce jeune homme bourlingueur qui a jeté son sac de matelot dans de belles revues comme « Le Puits de l’Ermite » ou « Soleil des loups » et qui poursuit sa route sur notre terre. Jean Chatard est toujours parmi nous. Et il le restera. Même après nous.

Éditions Éditinter, 2014, 70 pages, 13 €, ISBN 978-2-35328-136-7 , http://www.editinter.fr/

Par Roland Nadaus

Mots-clés :