Confluences poétique 4

VN:F [1.9.14_1148]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

On vous a déjà parlé de cette revue annuelle, somme de 300 pages. Luis Mizon, le directeur de la rédaction, le rappelle dans son éditorial :

À la base de Confluences poétiques, il y a une sorte d’amour qui réunit des artistes de toutes les régions du monde, heureux de se retrouver avec leurs fragilités et leurs hésitations propres à leur vieux métier, celui d’exprimer ce qui les habite.

Il s’agit donc d’amour. Il s’agit aussi de questionner les liens entre la poésie et les autres arts.

Après la peinture dans le n°2, est largement évoquée ici la musique, dans un dossier monté par Gil Jouanard et Gabrielle Althen. Des poètes (Zéno Bianu, Vénus Khoury-Ghata, Tahar Bekri, Alain Lance, etc.) d’une part, et des musiciens et compositeurs (Paul Méfano, Jean-Yves Bosseur, Michel Sendrez, etc.) d’autre part, témoignent sur ces liens. C’est du lourd (160 pages bien tassées) mais c’est du bon.

Contrairement à Phoenix, Confluences poétiques n’a pas un sommaire régulier. Seule la rubrique Vie et Poésie (redondance ?) se retrouve dans les 4 numéros parus. Il s’agit d’un entretien. Ici, Etel Adnan parle de son enfance, de son Liban, de Beyrouth, des Arabes et des Hébreux, de son écriture et de sa peinture, de ses espoirs et de son désespoir de constater (de longue date) que le monde est contre l’amour.

D’autres rubriques complètent cette passionnante livraison, dont un riche dossier sur la poésie d’Afrique du sud post-apartheid ; cinq poètes immigrés dans la langue allemande présentés par Jean Portante ; et une courte anthologie de dix poètes de Confluences.

par Jacques Fournier
Confluences poétiques 4
Annuelle
Le numéro 19 €
5 square de Port-Royal 75013 Paris
info@confluencespoetiques.fr

Mots-clés : ,