D.I.R.E, de natyot

VN:F [1.9.14_1148]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Sur la couverture, un dessin, violent : une jeune fille, brune, en contre-plongée. Assise au bord d’un matelas, les genoux serrés, les mains impuissantes, les pointes rouges des seins sortant de la robe. Le sang, rouge, coule des plaies au pli des bras et de la bouche, rouge. À l’intérieur, une autre violence : celle des mots de natyot, jeune femme brune.
Le livre s’ouvre sur un long texte jouant de l’anadiplose, figure de style consistant en la reprise du dernier mot d’une phrase à l’initiale de la phrase suivante : le tire-bouchon ouvre la bouteille / la bouteille se boit en famille / en famille on se dispute l’héritage / l’héritage est celui du grand-père / le grand-père est toujours vivant / vivant en maison de retraite / (…). Le jeu crée le rythme, le rythme crée le sens, le sens crée le poème. Chaque poème est une tranche de vie dans laquelle se tapit la violence et peu d’amour, la mort du grand-père (je ferme le trou de mon visage pour arrêter le son et c’est le grand coup de froid à l’intérieur) ; la danse pour lui plaire et pour qu’il me regarde ; la femme battue qui se protégeait avec ses petits bras en répétant « j’ai rien fait ! j’ai rien fait ! » en sachant très bien ce qu’elle avait fait ; le repas de famille au bord de la nationale 113 (la famille hygromiidae a pris place sur la grille qui a pris place sur le feu que l’on regarde en famille en buvant un pastis pour les accompagner), les petits points qui brillent dans la nuit et qu’on regarde pour essayer d’oublier la ritournelle de la nuit, et la violence dans le dos. Entre chaque texte, un dessin au trait épais, et des mots extraits des textes, comme des aphorismes : On se dit qu’on est bien et ça marche; la mort on va pas en faire un fromage ça arrive à tout le monde,…. Sur le CD, sept de ces textes dits par l’auteure, d’une voix presque paisible, mais grave de tonalité, derrière laquelle on sent (et la musique lancinante et entêtante de Denis Cassan y est pour beaucoup) ce désespoir qui habite l’écriture, et le regard peu avenant envers l’homme en général.

Visitez le site de natyot : http://erotikmentalfood.midiblogs.com

par Jacques Fournier

D.I.R.E
Livre + CD audio
De natyot
Éditions Gros textes, 2011
56 pages, 10 €
Rions au soleil 05380 Châteauroux-les-Alpes
http://grostextes.over-blog.com

 

Mots-clés :