Décharge n°160

VN:F [1.9.14_1148]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Décharge n°160« La revue-papier a besoin de la fidélité de ses lecteurs et de leur soutien ». C’est par cet appel que se clôt l’éditorial de ce 160e numéro de Décharge, avec toujours Jacques Morin alias Jacmo à la barre.
Il y avait bien longtemps que je n’avais chroniqué cette revue historique et à laquelle je suis attaché comme on peut l’être à un vieux fauteuil dans lequel on aime à se couler parce que son rembourrage épouse parfaitement les lignes de votre corps et qu’il supporte sans frémir quelques kilos que l’âge vous fait prendre. Oui, Décharge est un douillet et vieux fauteuil. Cette 160e livraison ne déroge pas à la règle. On y retrouve comme de vieux amis les chroniqueurs (Claude Vercey et ses Ruminations qui pose  la question : Pourquoi aller à la ligne ? à laquelle 5 poètes apportent leur réponse ; les notes critiques et pertinentes de Jacmo et d’Alain Kewes ; les billets de Jean-Louis Jacquier-Roux et Matthias Lair, etc.). Le Choix de Décharge (17 poètes à découvrir en un ou deux pages chacun maximum). est toujours aussi éclectique, frustrtant et intéressant Les dossiers enrichissent notre perception de la poésie qu’on découvre encore plus riche et diversifiée qu’on ne la pensait : Romain Mathieux propose un intéressant dossier consacré à Aaju, qu’il nous dit être le premier poète groenlandais de la modernité, en le situant dans une perspective littéraire et historique inconnue de nous ; Yves-Jacques Bouin présente la galloise et active Zoë Skoulding (Ma première langue est le silence). Florence Saint-Roch (si l’on pouvait disparaître / ce serait mieux / pour tout le monde), Patricia Castex-Menier (puisqu’il s’agit d’oiseau et de poème / parlons-en) et Emmanuelle Le Cam (Racler des os / Cela veut dire / je n’ai / plus besoin de/ Ta loi) forment un formidable trio, auquel se joignent les aphorismes de Jean-Pierre Georges (La terre est ronde et la vie est plate) et une nouvelle de Jean-Claude Tardif. Le tour d’horizon ne serait pas complet si je ne citais le justifié et sensible hommage rendu à Rüdiger Fischer, grand traducteur et éditeur (Verlag im Wald) et qui collabora longtemps à Décharge par sa chronique Promenades en forêt.
Jacmo annonce des nouveautés pour 2014. Elles ne feront qu’enrichir une des revues qui reste malgré le temps qui passe (ou grâce à lui) une des supports les plus intéressants qui soient pour savoir ce qui se passe dans le monde de la création poétique. Abonnez-vous !

Décharge n°160 décembre 2013, abonnement 4 n° : 22 €, c/o Jacques Morin 4 rue de la Boucherie 89240 Égleny, revue-decharge@orange.fr / www.dechargelarevue.com

Par Jacques Fournier

Mots-clés :