Le Journal des Poètes

VN:F [1.9.14_1148]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Une du Journal des PoètesPar Jacques Fournier

Le JdP fête ses 80 ans. L’éditorial de Philippe Jones le rappelle : Il y a quatre-vingts ans, on pouvait lire dans le premier numéro du Journal des poètes en date du 4 avril 1931, Notre programme ? Poésie. Ce slogan ou ce cri de guerre fut entendu et garde son intensité. Un des fondateurs Norge le rappelait, cinquante ans plus tard, nous avions pris le parti contre le non. Défi à la crise des idées. Défi à la crise, la crise économique qui sévissait durement. Aspirations enflammées. (JdP, juillet 1981).

80 ans plus tard, on en est au même point, pour les mêmes raisons. Alors pourquoi continuer ? Philippe Jones répond dans la conclusion de son article : Le poète passe sa charge à ceux qui suivent, car quelle que soit la crise, un poète sera toujours là, stimulant ou déprimé, jusqu’à la fin des hommes, pour dire mieux que quiconque ce qui se passe sur la planète dont il est la conscience.

Vrai journal par le format (40×30), le JdP l’est aussi par le contenu qui mêle articles et poèmes, annonces et photographies. Jacques Rancourt salue le poète suédois Tomas Tranströmer, Prix Nobel (surprise pour les critiques germanopratins) de littérature 2011 ; Yves Namur chronique subtilement quatre revues deux de France, deux de Belgique ; suivent dix notes critiques dues aux collaborateurs. Jean-Luc Wauthier, président de la Maison internationale de la Poésie Arthur Haulot, à Bruxelles, et rédacteur en chef du JdP, ouvre les quatre pages de commémoration (mais pas d’autosatisfaction), avec photographies, historique nécessaire pour saisir le parcours d’une telle aventure, poèmes de fidèles. Seule faute de goût : l’encart publicitaire pour une société qui se dit éditeur, pratiquant le compte d’auteur, et appelant à lui envoyer des textes. Il y aurait mieux à trouver comme financeur après 80 ans d’activités.

2011-4, 10 pages, Le n° 6 € ; l’abonnement Belgique 20 € (pays UE 22 €) ; r.souery@mipah.be, www.mipah.be

Mots-clés :