A la une ce mois-ci...
  • Collection Ficelle. Un petit livre suspendu… Un petit livre immense : il s’écrit au nous ! Pas toujours facile le nous, surtout lorsqu’il s’agit d’un nous d’amour. Pas facile les poèmes d’amour… Luce Guilbaud réussit à partager son bonheur, leur bonheur de vivre ensemble et d’aller sur terre ou sur...

    Au présent d’infini, de Luce Guilbaud

    Collection Ficelle. Un petit livre suspendu… Un petit livre immense : il s’écrit au nous ! Pas toujours facile le nous, surtout lorsqu’il s’agit d’un nous d’amour. Pas facile les poèmes d’amour… Luce Guilbaud réussit à partager son bonheur, leur bonheur de vivre ensemble et d’aller sur terre ou sur...

    Lire la suite...

  • Lorsqu’un poète décide de reprendre des textes anciens extraits d’ouvrages épuisés, il met en perspective des jalons sur un sentier qui peut être, selon les circonstances, rectiligne, sinueux ou les deux à la fois. Ainsi,  après plus de 40 années de publications, Michel Baglin a décidé de faire le point...

    De chair et de mots, de Michel Baglin

    Lorsqu’un poète décide de reprendre des textes anciens extraits d’ouvrages épuisés, il met en perspective des jalons sur un sentier qui peut être, selon les circonstances, rectiligne, sinueux ou les deux à la fois. Ainsi,  après plus de 40 années de publications, Michel Baglin a décidé de faire le point...

    Lire la suite...

  • Cette suite de textes, reprenant pour titre d’ensemble celui du dernier opus, saisit dès l’ouverture par la cinglance de vers courts aux césures parfois tranchant un mot en deux pour en démultiplier le sens. Le tableau apparaît impitoyable, dénué de toute concession au « poétiquement correct » : « une...

    Rivage veuf, de Billy Dranty

    Cette suite de textes, reprenant pour titre d’ensemble celui du dernier opus, saisit dès l’ouverture par la cinglance de vers courts aux césures parfois tranchant un mot en deux pour en démultiplier le sens. Le tableau apparaît impitoyable, dénué de toute concession au « poétiquement correct » : « une...

    Lire la suite...

  • Tant d’énigmes nous taraudent au fil de la traversée, sans que nous recevions d’autre réponse que la profondeur du silence.  Êtres fragiles comme des rubans de nuages qui s’effilochent à l’orée de la nuit, nous sommes voués à des chemins de crête qui s’accrochent au-dessus du vide et de l’obscur.

    Solitude des seuils, de Angèle Paoli

    Tant d’énigmes nous taraudent au fil de la traversée, sans que nous recevions d’autre réponse que la profondeur du silence.  Êtres fragiles comme des rubans de nuages qui s’effilochent à l’orée de la nuit, nous sommes voués à des chemins de crête qui s’accrochent au-dessus du vide et de l’obscur.

    Lire la suite...

  • C’est une courte prose qui introduit ce long poème composé de strophes courtes, irrégulières et espacées de blancs comme autant de silences surgis de l’incompréhension. Au fil des pages, les vers évoquent  des souvenirs et des ressentis, seuls patrimoines intimes qu’il nous reste après un deuil. Des photographies de l’auteur...

    Visage vive, de Matthieu Gosztola

    C’est une courte prose qui introduit ce long poème composé de strophes courtes, irrégulières et espacées de blancs comme autant de silences surgis de l’incompréhension. Au fil des pages, les vers évoquent  des souvenirs et des ressentis, seuls patrimoines intimes qu’il nous reste après un deuil. Des photographies de l’auteur...

    Lire la suite...

  • Avec la parution du dernier numéro de la revue Action Poétique, c’est une histoire éditoriale de 62 ans qui se referme. À L’intégrale, titre de cette ultime parution est adjoint un Dvd-rom qui réunit dans un format numérisé la totalité des numéros parus depuis 1950.

    Action Poétique L’Intégrale

    Avec la parution du dernier numéro de la revue Action Poétique, c’est une histoire éditoriale de 62 ans qui se referme. À L’intégrale, titre de cette ultime parution est adjoint un Dvd-rom qui réunit dans un format numérisé la totalité des numéros parus depuis 1950.

    Lire la suite...

  • Un livre en deux parties. L’une écrite en arabe et traduite, l’autre écrite directement en français. Et ta vie à toi, de quoi rêvait-elle ? Ainsi se termine le premier poème, introduction aux deux parties. La vie rêvée. La vie réelle. Celle de l’exil. Celle de l’absence. L’esprit là-bas, le...

    Le balayeur du désert, de Salah Al Hamdani

    Un livre en deux parties. L’une écrite en arabe et traduite, l’autre écrite directement en français. Et ta vie à toi, de quoi rêvait-elle ? Ainsi se termine le premier poème, introduction aux deux parties. La vie rêvée. La vie réelle. Celle de l’exil. Celle de l’absence. L’esprit là-bas, le...

    Lire la suite...

  • Un livre consacré à Jean-Claude Touzeil. Un livre portrait. Et un portrait réussi : tout à fait à l’image de Jean-Claude. Un portrait simple. Sans fioriture. Tout en tendresse. On suit ainsi le parcours de Jean-Claude et Flora, de pays en pays. De rencontres en rencontres. Jusqu’aux printemps poétiques de...

    Un chèque en blanc, de Sénécal Éric

    Un livre consacré à Jean-Claude Touzeil. Un livre portrait. Et un portrait réussi : tout à fait à l’image de Jean-Claude. Un portrait simple. Sans fioriture. Tout en tendresse. On suit ainsi le parcours de Jean-Claude et Flora, de pays en pays. De rencontres en rencontres. Jusqu’aux printemps poétiques de...

    Lire la suite...

  • Lorsqu’un poète décide de reprendre des textes anciens extraits d’ouvrages épuisés, il met en perspective des jalons sur un sentier qui peut être, selon les circonstances, rectiligne, sinueux ou les deux à la fois. Ainsi, après plus de 40 années de publications, Michel Baglin a décidé de faire le point...

    De chair et de mots, de Michel Baglin

    Lorsqu’un poète décide de reprendre des textes anciens extraits d’ouvrages épuisés, il met en perspective des jalons sur un sentier qui peut être, selon les circonstances, rectiligne, sinueux ou les deux à la fois. Ainsi, après plus de 40 années de publications, Michel Baglin a décidé de faire le point...

    Lire la suite...

  • Sur la couverture, verte comme un tapis de jeu, une carte à jouer singulière : tête bêche une dame de cœur prénommée Sophia (et non Judith), et David, le roi de pique. Au-dessus, le titre en lettres blanches surmonté du nom de l’écrivain, en noir. Dès la première page, le...

    Travesti, de David Dumortier

    Sur la couverture, verte comme un tapis de jeu, une carte à jouer singulière : tête bêche une dame de cœur prénommée Sophia (et non Judith), et David, le roi de pique. Au-dessus, le titre en lettres blanches surmonté du nom de l’écrivain, en noir. Dès la première page, le...

    Lire la suite...