vie

  • Hervé Martin poursuit discrètement, trop discrètement, son œuvre forte. Mais Hervé Martin, s’il aime dire en public certains de ses textes, n’est pas un histrion ‒ de ceux que Théophile Gautier (déjà !) dénonçait et qui, plus de cent ans après, envahissent les petites vitrines des petites boutiques poétiques où...

    Métamorphoses du chemin, d’Hervé Martin

    Hervé Martin poursuit discrètement, trop discrètement, son œuvre forte. Mais Hervé Martin, s’il aime dire en public certains de ses textes, n’est pas un histrion ‒ de ceux que Théophile Gautier (déjà !) dénonçait et qui, plus de cent ans après, envahissent les petites vitrines des petites boutiques poétiques où...

    Lire la suite...

  • Auteur prolifique dans divers genres, Jean Joubert n’a jamais oublié qu’il a débuté avec la publication de « Les lignes de la main » chez Seghers en 1955. Il a toujours suivi une ligne de conduite très sobre et il ne s’en est jamais départi.

    L’alphabet des ombres, de Jean Joubert

    Auteur prolifique dans divers genres, Jean Joubert n’a jamais oublié qu’il a débuté avec la publication de « Les lignes de la main » chez Seghers en 1955. Il a toujours suivi une ligne de conduite très sobre et il ne s’en est jamais départi.

    Lire la suite...

  • De son bocage mayennais où il a élu domicile, Roland Nadaus témoigne, non sans une certaine inquiétude et une colère désabusée, de la transformation profonde et durable du territoire de bocage où il a choisi de vivre.

    D’un bocage, l’autre, de Roland Nadaus

    De son bocage mayennais où il a élu domicile, Roland Nadaus témoigne, non sans une certaine inquiétude et une colère désabusée, de la transformation profonde et durable du territoire de bocage où il a choisi de vivre.

    Lire la suite...

  • Trois nouveaux livres de la collection Po&psy viennent de paraître en ces premiers jours d’été aux éditions Érès. Ils portent ainsi le catalogue de cette belle collection à une vingtaine de titres.

    bateau de papier, de Olav H. Hauge

    Trois nouveaux livres de la collection Po&psy viennent de paraître en ces premiers jours d’été aux éditions Érès. Ils portent ainsi le catalogue de cette belle collection à une vingtaine de titres.

    Lire la suite...

  • Il me faudrait pouvoir reprendre ici la quasi intégralité de l’éclairante* préface de Christian Angelet pour convaincre le lecteur de s’arrêter longuement sur ce recueil dont la forme (147 quatrains courts commençant tous par Je crois…**) inciterait trop vite à le réduire à une pâle imitation du fameux Je me...

    Pavots, de Otto Ganz

    Il me faudrait pouvoir reprendre ici la quasi intégralité de l’éclairante* préface de Christian Angelet pour convaincre le lecteur de s’arrêter longuement sur ce recueil dont la forme (147 quatrains courts commençant tous par Je crois…**) inciterait trop vite à le réduire à une pâle imitation du fameux Je me...

    Lire la suite...

  • Sur la couverture, un dessin, violent : une jeune fille, brune, en contre-plongée. Assise au bord d’un matelas, les genoux serrés, les mains impuissantes, les pointes rouges des seins sortant de la robe. Le sang, rouge, coule des plaies au pli des bras et de la bouche, rouge. À l’intérieur,...

    D.I.R.E, de natyot

    Sur la couverture, un dessin, violent : une jeune fille, brune, en contre-plongée. Assise au bord d’un matelas, les genoux serrés, les mains impuissantes, les pointes rouges des seins sortant de la robe. Le sang, rouge, coule des plaies au pli des bras et de la bouche, rouge. À l’intérieur,...

    Lire la suite...

  • Ce livre est une déclaration d’amour à la vie, à l’amour, à l’amitié, à l’éternelle jeunesse. Dans ce festin de mots – pas des mots pour les mots, mais le mot pour dire au plus près – l’auteur qui vient de recevoir, ici, en novembre 2009, le prix Léopold Sédar...

    Vive fut l’aventure, de Georges-Emmanuel Clancier

    Ce livre est une déclaration d’amour à la vie, à l’amour, à l’amitié, à l’éternelle jeunesse. Dans ce festin de mots – pas des mots pour les mots, mais le mot pour dire au plus près – l’auteur qui vient de recevoir, ici, en novembre 2009, le prix Léopold Sédar...

    Lire la suite...

  • Maintes fois récompensée par des prix prestigieux – prix Max Jacob, prix Alfred de Vigny, prix Jules Supervielle, prix Kowalski-Ville de Lyon, prix d’automne de la Société des Gens de Lettres – Marie Claire Bancquart, ne cesse de creuser son sillon, celui du questionnement sur l’existence humaine, celui du corps...

    Terre énergumène, de Marie-Claire Bancquart

    Maintes fois récompensée par des prix prestigieux – prix Max Jacob, prix Alfred de Vigny, prix Jules Supervielle, prix Kowalski-Ville de Lyon, prix d’automne de la Société des Gens de Lettres – Marie Claire Bancquart, ne cesse de creuser son sillon, celui du questionnement sur l’existence humaine, celui du corps...

    Lire la suite...